skip to Main Content

Cindy
Van Acker

Photo: Louise Roy

Speechless Voices

Distribution

Création 2018

Chorégraphie: Cindy Van Acker
Danseurs: Stéphanie Bayle, Matthieu Chayrigues, Laure Lescoffy, Raphaële Teicher, Rudi van der Merwe, Daniela Zaghini
Musique: Mika Vainio, J. S. Bach
Son: Samuel Pajand
Scénographie: Victor Roy
Lumières: Cindy Van Acker et Victor Roy
Collaboratrice artistique: Michèle Pralong
Costumes et bijoux: Marie Artamonoff
Peinture: Eric Vuille
Régisseur lumière: Gautier Teuscher
Administration: Cindy Janiaud
Diffusion: Tutu Production – Véronique Maréchal
Production: Cie Greffe
Coproduction: Steps, Festival de Danse du Pour-cent culturel Migros, Expedition Suisse : Kaserne Basel, Dampfzentrale Bern, Theater Chur, Gessnerallee Zürich, Théâtre de Vidy Lausanne, et le Centre chorégraphique national de Rillieux-la- Pape, direction Yuval PICK, dans le cadre du dispositif Accueil-Studio avec le soutien du Théâtre des Îlets, centre dramatique national de Montluçon, région Auvergne-Rhône-Alpes.

Soutiens: Loterie Romande, Société Suisse des Auteurs, Fondation du Jubilé, Stanley Thomas Johnson Foundation, Sophie und Karl Binding Stifung.

La Compagnie Greffe bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville
de Genève, du Canton de Genève et de Pro Helvetia pour la période 2009-2020.

 Voir un extrait vidéo

Photos: © L.Roy et M.Olmi

En faisant du peintre belge Michaël Borremans une source d’inspiration centrale de Speechless Voices, Cindy Van Acker vient inscrire ses six danseurs dans une réalité narrative nouvelle. Les qualités habituelles de son mouvement _ lenteur, géométrie et abstraction _  se laissent ici traverser par du figural, des images lisibles, des stases expressives. C’est une communauté humaine qui fait tableau, qui cherche par le corps à ritualiser l’absence et la présence, la solitude et la relation, afin de les transmuter. Les déploiements machiniques, végétaux ou animaux qui vitalisent la plupart des pièces de la chorégraphe rencontrent ainsi des énergies plus clairement anthropocentrées. Peut-être parce que la pièce est un poème chorégraphique composé en hommage à Mika Vainio, compositeur de musique électronique avec qui Cindy Van Acker a souvent collaboré, disparu en 2017. « Nous avions une communication intuitive, intense, souvent sans mots. Nous avions une voix commune qui se posait ailleurs.» Speechless Voices cherche à inventer un langage partagé pour emplir l’espace, entrer dans le corps des spectateurs, se connecter à l’autre.
Michèle Pralong

Téléchargements

Dossier de diffusion

Knusa / Insert Coins

Distribution

Création 2016

Chorégraphie et interprétation: Cindy Van Acker
Images: Christian Lutz
Musique: Mika Vainio
Production de la performance: Cie Greffe
Production de l’exposition: Christian Lutz et Images Festival Vevey
Performance in situ dans l’espace de l’exposition Insert Coins de Christian Lutz.

 Voir un extrait vidéo

Photos: © O.Oberson et S.Letellier

Au mur, des photographies prises à Las Vegas par Christian Lutz. Corps façonnés, fissurés, fracassés par l’industrie du jeu et du divertissement. Au centre des clichés, allongée par terre, Cindy Van Acker. Sur les pulsations électro de Mika Vainio s’engage une étreinte. Entre les images et la danse, le réalisme et l’abstraction. Dépassant l’illustration, la chorégraphie se fraie une voie ténue et intime au cœur de l’univers visuel. Gestes saccadés, postures écartelées, mouvements contradictoires : elle en extrait l’essence pour mieux prolonger ses récits. Entre violence et accalmie, ce sont la misère et la force de vie de ces fragiles papillons de nuit – pour lesquels les jeux ne sont peut-être pas encore faits – qui trouvent doublement à s’exposer. Dans une liaison sous tension, qui laisse sourdre l’émotion et craquèle le vernis de l’illusion.
Laurence Perez pour Sélection suisse en Avignon

Téléchargements

Dossier de diffusion

Zaoum

Distribution

Création 2016

Chorégraphie: Cindy Van Acker
Scénographie et construction: Victor Roy
Musique: Quando stanno morendo. Diario polacco N. 2 de Luigi Nono
Son et musique épilogue: Samuel Pajand
Voix poèmes: Elia Van Acker
Interprétation: Stéphanie Bayle, Marthe Krummenacher, Gennaro Lauro,
Francesca Ruggerini, Raphaëlle Teicher, Elia Van Acker ou Julia Koncsek, Rudi van der Merwe, Daniela Zaghini
Lumières: Luc Gendroz
Programmation informatique: Khalil Klouche
Costumes: Kata Tóth
Assistante costumes: Ni Zhang
Administration: Cindy Janiaud
Diffusion: Tutu Production – Véronique Maréchal

Production: Cie Greffe
Coproduction: adc-Genève, Arsenic Lausanne, TLH Sierre
Soutiens: Loterie Romande, Fondation Leenaards. Ernst Göhner Stiftung, Pourcent culturel Migros, Sophie und Karl Binding Stiftung, une fondation privée genevoise et Corodis.

La Compagnie Greffe bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville de Genève, du Canton de Genève et de Pro Helvetia pour la période 2009-2020.

 Voir un extrait vidéo

Photos: © Louise Roy

Pour Zaoum, la chorégraphe Cindy Van Acker puise son inspiration dans l’oeuvre musicale  Quando stanno morendo. Diario polacco n. 2 (1982) du compositeur Luigi Nono, lequel la dédicace « aux camarades polonais qui, en exil, en prison, au travail, résistent ; qui espèrent tout en étant désespérés, croient tout en étant incrédules. »
Une oeuvre musicale à la dimension politique forte qui englobe les écrits de poètes futuristes russes, notamment Velimir Khlebnikov. Le zaoum que l’on peut traduire du russe par trans-rationnelle, za- (au-delà) et oum (esprit), désigne une forme de poésie inventée au début du XXème s abolissant les règles grammaticales et conventions sémantiques, insistant sur le signifiant phonique de chaque mot pour en exprimer les émotions et les sensations primordiales.  La langue zaoum est basée sur l’idée que les sons précèdent les significations, et représentent un élément naturel, donc universel, de la communication humaine.

L’oeuvre de Nono est structurée en trois parties; le désespoir, l’accusation et l’espoir qui s’imposent au déroulement dramaturgique de la pièce.

Téléchargements

Dossier de diffusion

Biographie

Cindy Van Acker a d’abord été danseuse classique au Ballet Royal de Flandre puis danseuse néo-classique au Grand Théâtre de Genève, avant de plonger en clandestinité, pendant plusieurs années, pour explorer les potentialités du corps humain. Elle fonde la compagnie Greffe à Genève en 2002 à l’occasion de la création du solo Corps 00:00, avec lequel elle obtient une reconnaissance internationale. Depuis, une vingtaine de pièces ont vu le jour, dont Anechoic, pièce pour 53 danseurs (2014), le solo Knusa créé au coeur du projet photographique Insert Coins de Christian Lutz (2016) et les pièces de groupe Zaoum (2016) et Speechless Voices (2018). Son parcours est marqué notamment par ses rencontres avec Myriam Gourfink, Mika Vainio, Victor Roy et Romeo Castellucci, avec lequel elle collabore régulièrement sur ses mises en scène d’opéra. Depuis 2017, elle est artiste associée à la direction et chargée de la programmation de l’ADC Genève. Son écriture minutieuse, qui allie mouvement minimaliste, lenteur, géométrie et musiques électroniques, se déploie sur un territoire singulier où corps, lumière, son, espace sont traitées comme des matières à fusionner.

Presse

Speechless Voices

Lire les articles

Insert Coins / Knusa

Lire les articles

Zaoum

Lire les articles

Calendrier
2019

Speechless Voices

6-7/02 – Swiss Dance Days, Lausanne (CH)

13-17/02 – ADC, Genève (CH)

22-23/02 – TLH, Sierre (CH)

Liens

Télécharger le tour plan

Site de la compagnie Greffe:
www.ciegreffe.org

Back To Top